Chine: STOP à la collecte d'organes du peuple ouïghour !

Torchlight Uyghur Group

Le peuple ouïghour a été victime de politiques criminelles soutenues par l'État chinois depuis de nombreuses décennies. Nous avons exposé certains des crimes inhumains du gouvernement chinois commis contre les Ouïghours au Turkestan oriental dans nos pétitions précédentes (https://www.change.org/o/group_of_uyghurs_living_abroad ). Ici, nous exposons l'un des crimes les plus odieux du gouvernement chinois, à savoir les prélèvements d'organes sur les Ouïghours.

Les prélèvements d'organes ont débuté dans les années 1960 en Chine et sont devenus un crime systématique parrainé par l'État en 2015. Selon les médias chinois, des dizaines de milliers de personnes participent chaque année à une greffe de viscères (bien que selon certaines estimations, ce nombre varie entre 60 et 100 mille personnes). Un film documentaire chinois sur les prélèvements d'organes, "Harvested Alive - 10 Years of Investigations" rapporte que "Des dizaines de milliers de personnes sont secrètement exécutées en Chine et leurs organes sont prélevés pour la greffe. Qui sont ces victimes? Ces personnes sont pour la plupart des Ouïghours, des Tibétains, des chrétiens clandestins et des pratiquants de Falun Gong, qui sont enfermés pour des raisons politiques et religieuses par le gouvernement chinois ".

Enver Toxti, un médecin qui travaillait à l'hôpital ferroviaire d'Urumchi, a déclaré avoir été témoin d'opérations de prélèvement d'organes lorsqu'il était en Chine. Il raconte une histoire douloureuse et inoubliable au sujet de sa première opération de prélèvement d'organes. Il a reçu l'ordre de prendre les organes internes d'un détenu le plus rapidement possible. Voici un extrait de son témoignage : «Lorsque je travaillais à l'hôpital dans les années 1990, certains parents ouïghours exprimaient leurs inquiétudes concernant leurs enfants détenus après leur sortie de prison et nous demandaient de vérifier leur santé physique étant donné que ces derniers ont commencé à présenter des conditions physiques anormales après leur libération. En conséquence, nous avons trouvé des cicatrices sur les chirurgies opérées à l'insu de leurs parents." Il a rapporté que le gouvernement chinois a commencé des expériences de prélèvement d'organes sur les Ouïghours, mais cela n'a pas été rapporté internationalement car les Ouïghours et leurs malheurs ne sont pas bien connus puisqu'ils étaient considérés comme des «affaires internes» de la Chine. Un article a été publié dans le numéro du 4 décembre 2011 du Weekly Standard sur ce sujet, intitulé "Xinjiang, le point de départ de la collecte d'organes à large spectre". L'article racontait l'histoire d'un criminel ouïghour exécuté dont les organes ont été prélevés alors qu'il était encore en vie, et concluait à grand renfort de preuves que les prélèvements d'organes avaient commencé au Turkestan oriental beaucoup plus tôt que les autres endroits en Chine.

Sina.com a estimé dans son rapport du 27 décembre 2017 que la Chine deviendrait le premier pays de transplantation d'organes au monde d'ici 2020. Comparé à un pays comme les États-Unis, qui compte un grand nombre de donneurs d'organes, on ne peut s'empêcher de poser la question de savoir comment la Chine, avec un nombre très peu élevé de donneurs, a pu devenir le premier pays au monde en matière de transplantation d'organes en si peu de temps ? Le disent-ils avec une telle confiance parce qu'ils considèrent le million d'Ouïghours détenus dans les camps dits « de rééducation » mis en place au Turkestan oriental comme leur cible de prélèvements d’organes ? De nombreux rapports ont été publiés sur la collecte par le gouvernement chinois d'échantillons biologiques, de toute la population ouïghoure sans les informer et sans leur consentement, les autorités locales rendant obligatoires les « bilans de santé » pour toute la population ouïghoure âgée entre 12 ans et 65 depuis 2016. On ne peut s'empêcher de spéculer sur les interrelations de ces événements et la vérité cachée derrière cela.

En 2017, l'éminent dissident chinois Guo Wengui a révélé une nouvelle choquante de l’assassinat de cinq Ouïghours pour effectuer une greffe de foie pour le fils de Jiang Zemin, l'ancien secrétaire général du PCC. M. Guo a également révélé que Meng Jianhong et ses petites amies utilisaient aussi les organes ouïghours pour leur greffe d'organe. M. Guo a également révélé la détention d'un homme ouïghour de 21 ans dans un hôtel de Pékin sans aucune raison et son assassinat pour le prélèvement d'organes pour les dirigeants du PCC et les membres de leur famille. Il a informé le monde qu'il détenait de véritables preuves des crimes mentionnés ci-dessus.

Nous, Uyghur Torchlight Group, considérons le prélèvement d'organes des Ouïghours comme un terrorisme d'Etat et un acte odieux qui est mené par un effort coordonné entre le gouvernement chinois et les hôpitaux chinois. Nous considérons également ce crime comme un génocide visant le peuple ouïghour innocent et sans défense du Turkestan oriental.

Nous appelons les Nations Unies, les gouvernements étrangers et toutes les organisations internationales humanitaires et des droits de l'homme à rompre leur silence sur ce crime odieux, à comprendre et à rappeler le fait que des Ouïghours innocents sont emprisonnés et tués dans leur propre pays, au Turkestan oriental, par la dictature chinoise. Nous appelons les peuples du monde à réaliser que le gouvernement chinois agit comme un criminel contre toute l'humanité et à exiger du gouvernement chinois d’arrêter son terrorisme d'Etat envers les Ouïghours!

Nous, les Ouïghours, sommes actuellement impuissants et ne disposons que de faibles soutiens face à la Chine. Dans ces conditions, nous ne pouvons pas nous défendre seuls contre les atrocités du gouvernement chinois et ne pouvons pas mener seuls cette bataille pour notre survie. Nous avons donc besoin du soutien et de la solidarité de la communauté internationale. Si des dizaines de milliers de personnes, du monde entier, signent notre pétition, voulant être la voix des Ouïghours sans voix, il est possible que les Nations Unies s’engagent et agissent pour arrêter la tragédie à laquelle les Ouïghours sont confrontés aujourd’hui

S’il vous plaît, joignez-vous à nous dans notre combat pour mettre fin aux atrocités épouvantables qui se produisent au Turkestan oriental. S’il vous plaît, signez et partagez cette pétition. Nous vous en remercions !!!

Pour lire le texte intégral de cette pétition, veuillez cliquer ICI.

Vous pouvez trouver plus d'informations sur les sites suivants :

https://www.facebook.com/torchuyghur/

https://twitter.com/torch_uyghur

http://blog.freedomsherald.org

http://freedomsherald.org/ET/unb/